Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
L'autre actualité musicale et cinématographique

Articles de la catégorie : Revival

Suite et fin du marathon avec Le Retour du Jedi, épisode globalement apprécié par les fans mais qui me laisse parfois un léger goût amer et la sensation d’une petite régression sur certaines qualités acquises par L’Empire Contre-Attaque. Commençons par les (nombreuses) qualités du film. Comme pour chaque épisode, l’évolution technique fait son effet et rend le résultat visuellement toujours plus novateur et impressionnant. Le début du film est un petit festival de costumes d’aliens aux animations parfois vraiment pointues et complexes, de marionnettes et animatronics toujours plus poussés. De son côté, la grande bataille spatiale est juste 100 fois…

L’avant-dernière étape de ce marathon est pour moi la plus compliquée à passer à l’écrit. J’aime tellement tout dans L’Empire Contre-Attaque qu’il en devient difficile de garder un esprit critique et d’en dire quelque chose de véritablement intéressant. Je pourrais évoquer la légendaire bataille de Hoth et ses AT-AT qui n’ont pu qu’écarquiller les yeux des spectateurs de l’époque, parler de l’apparition de Yoda qui devint instantanément un des chouchous du public, du mythique rebondissement « Je suis ton père » que le cinéma a surexploité depuis ou de son OST qui voit la première apparition du thème sans doute le plus…

Le débat de savoir quelle trilogie il faut voir en premier est sans fin. Pour certains, seul l’ordre de sortie en salle compte et la chronologie gâche certaines surprises réservées par le scénario de la première à avoir vu le jour. Pour d’autres, voir dans l’ordre épisodique apporte un œil nouveau à cet épisode numéroté sur le tard Episode IV. Je n’ai pour ma part pas de véritable préférence entre les deux sens. Je dirais que l’ordre original est le meilleur pour découvrir l’histoire d’Anakin/Vader. Mais que l’autre possibilité apporte un angle de l’histoire de cette sombre période parfois plus…

Après deux épisodes largement décriés, George Lucas n’avait cette fois plus le droit à l’erreur avec un épisode 3 qui se devait à la fois de réparer celles du passé tout en liant définitivement deux trilogies que plus de vingt ans séparent. Dès la première séquence du film, il sort donc l’artillerie lourde avec ce plan séquence numérique virevoltant qui me scotche à mon canapé aujourd’hui comme il me collait à mon siège en salle à l’époque. Quelque part, cette première demi-heure d’ailleurs est finalement une sorte de best-of de la saga. Combats spatiaux, sabres lasers, humour typique, un chancelier…

L’Attaque des Clones est d’assez loin l’épisode que j’ai le moins vu de la Saga. Et par conséquent celui pour lequel mes souvenirs étaient les plus flous avant ce nouveau visionnage. La séance dépoussiérage s’imposait donc même si certaines scènes restent évidemment en mémoire. Comment par exemple oublier la courte mais intense scène où l’on découvre après tant d’années la maîtrise du sabre laser par Yoda ? Premier constat visible dès le prologue et sa course poursuite dans la nuit flashy de Naboo, George Lucas franchit un cap dans l’utilisation du numérique puisqu’il est le premier, du moins à ce…

A 10 jours de la sortie de l’épisode VII en France, me voici lancé dans un énième marathon Star Wars. Non pas donc que j’aie besoin de me remémorer quoique ce soit avant de le visionner, mais il s’agit là d’une simple envie de me remettre dans l’ambiance avant le moment tant attendu. Aussi fatidique que l’était ce jour de l’an 1999 où je récupérais une VHS piratée contenant un format « screener » absolument dégueulasse dans lequel on ne devait distinguer qu’un quart du film à peu près correctement. Mais l’attente entre la sortie américaine et française était bien trop longue…

Aller au cinéma, c’est bien. Mais il faut trouver le temps et il est impossible de tout voir. Heureusement, de nombreuses chaînes de télé mettant en avant le 7ème Art existent sur les canaux français, avec une offre très diversifiée. Noé, réalisé par Darren Aronofsky (2014, diffusé en ce moment sur Canal+) Premier rattrapage, mais aussi le plus récent d’entre eux, le dernier film de Darren Aronofsky, dont j’avais jusque là aimé tous les réalisations depuis Pi en 1998, déçoit. Sur le papier prometteur parce que potentiellement adapté aux qualités de son metteur en scène et avec un casting éminemment…

J’ai vu ce film pour la première fois il y a une quinzaine d’années. Avant de le redécouvrir, il ne m’en restait quasiment rien mais je me souvenais pourtant avoir été à l’époque assez marqué par ce que j’avais vu. Tombé par hasard sur la première scène la nuit passée, j’ai donc finalement visionné à nouveau l’une des œuvres majeures de Lucio Fulci. Le réalisateur construit ici un film assez étrange, à la croisée du slasher, du film à esprits et du film gore. Pour se faire, et même s’il semblerait qu’il s’en soit défendu à l’époque, il s’inspire clairement…