Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
Boulimique de musique et cinéma, j'essaie de n'en régurgiter pour vous que le meilleur!

[Critique Cinéma] Avengers : L’Ère d’Ultron, réalisé par Joss Whedon

CultureAddict CultureAddict

[Critique Cinéma] Avengers : L’Ère d’Ultron, réalisé par Joss Whedon

Cette suite d’Avengers est pour moi ni une déception ni une bonne surprise, restant finalement conforme à ce que je m’attendais à voir, à savoir un très correct divertissement mais qui perd certains attraits du premier épisode et se borne à jouer la surenchère visuelle plutôt qu’à soigner son propos.

Cela dit, lorsque l’on voit la qualité des scènes de dialogue et/ou d’émotion, on se dit que finalement ils ont peut-être bien fait de ne pas trop se focaliser dessus tant elles sont le plus souvent mauvaises. Qu’il s’agisse de l’amourette naissante entre deux des protagonistes ou les grands discours sur l’unité du groupe, c’est plus ridicule qu’autre chose et ne contribue finalement jamais à mettre les protagonistes en valeur. Seules deux ou trois scènes comiques tirent un peu leur épingle du jeu, notamment celles autour du marteau de Thor, mais rien de marquant non plus. Ça n’a jamais été le point fort de Joss Whedon, mais là c’est plus mal géré que d’habitude.

Parmi les Avengers déjà connus du grand public, Captain America et Iron Man tiennent une fois de plus les rôles les plus importants, chacun dans leur style habituel. J’aurais aimé que l’antagonisme de leurs idées laissent présager un peu plus de l’avenir. On voit évidemment leur différences idéologiques ressortir pendant le film, mais leur dernière scène commune où ils en sont presque à se faire des petits poutoux gâche le tableau. Hawkeye aura enfin un peu servi à quelque chose, même s’il semble toujours rester logiquement le plus faible du groupe. Black Widow et Hulk sont quand à eux plus préoccupés par leur arc scénaristique commun que par l’action les trois quarts du temps. Reste un Thor quasi réduit à un rôle humoristique et dont on sent que plusieurs scènes ont été sacrifiées au montage… Syndrome significatif d’un scénario vraisemblablement charcuté. Aucun d’entre eux ne voit donc d’avancement significatif dans leurs histoires respectives, y compris ceux qui n’ont pas le droit à un film dédié.

Quid des nouveaux personnages introduits ? La part belle est donnée à mon sens à Scarlet Witch, personnage cinématographiquement prometteur si les scénaristes ne décident pas la prochaine fois de la réduire, comme Black Widow ici, à un rôle de potiche. Je suis plus partagé concernant La Vision, sorte de Superman made in Marvel (dans le sens personnage surpuissant et assez désincarné). Le potentiel est là, mais je n’ai pas accroché à son costume qui m’a pas mal gâché l’effet de ses premières scènes. A voir aussi comment il sera utilisé dans le futur parce que ces personnages à la supériorité trop évidente peuvent rapidement devenir ennuyeux au cinéma. Peut-être pour cette raison d’ailleurs qu’on le voit finalement si peu ? Quand à Quicksilver, j’ai tout simplement largement préféré la proposition faite du côté des X-Men l’an passé.

Reste à évoquer Ultron. Si le personnage fait une belle entrée en matière, et j’ai particulièrement aimé sa première incarnation robotique face aux héros, à moitié décharné mais avec cette voix imposante et intimidante), ses apparitions s’avèrent rapidement répétitives. Un bon pour pour son design évolutif, mais son propos et ses motivations sont bien trop édulcorées pour tenir la longueur et c’est vraiment dommage au vue du potentiel évident qui s’en dégageait au départ. Il n’était évidemment pas question d’atteindre la profondeur d’un récit d’Asimov, mais le personnage méritait mieux.

En fait, c’est le film dans son ensemble qui aurait mérité meilleur traitement. Réussir à raconter si peu de choses intéressantes en près de 2h30 et surtout le faire de façon aussi prévisible (à un évènement près) relève quelque part de l’exploit pour une telle machine de guerre hollywoodienne. Il y a un réel sentiment de bâclé qui se dégage, jusque dans l’unique scène post-générique qui sent un peu le déjà-vu. Comme évoqué plus haut, le traitement de Thor m’a paru, par exemple, comporter un certain nombre de coupes assez flagrantes qui rendent certaines de ses décisions trop peu explicites. Sans trop spoiler, le peu d’explication ou de suivi de cette histoire de rivière sacrée est quand même assez énervant, surtout qu’il dénoue un point central des enjeux. Peut-être bénéficiera-t-on plus tard d’une version longue qui saura recoller les morceaux et redorer certains personnages délaissés ?

Dommage parce que côté action, le contrat est globalement rempli. Certes l’apport de la 3D ne saute toujours pas aux yeux, mais on en prend quand même pas mal dans la tronche et le film ne démérite pas dans ses phases de destruction massives vis à vis du Man Of Steel concurrent. Et le film comporte son lot de plans sympathiques. Rien que pour ça, le film mérite la moyenne. Mais il y a tellement de choses ratées à côté que ça ne mérite pas plus.
Les épisodes d’Avengers sont censés être l’apothéoses de chaque phase Marvel. C’était probablement le cas il y a 3 ans même si je n’étais déjà qu’en partie convaincu, ça ne l’est pas cette fois. J’ai assez largement préféré le dernier Captain America et surtout la petite bouffée d’air frais apportée par les Gardiens de la Galaxie. Espérons que la prochaine fois ils soignent un peu plus le contenu.

Et je leur souhaite d’ailleurs bien du courage pour le troisième opus quand on voit le nombre de personnages à gérer. Il risque d’ailleurs d’y en avoir en plus d’ici là. L’un des derniers plans (attention petit spoiler !) était déjà assez involontairement drôle. Lorsque Nick Fury fait son discours de motivation à « l’équipe B » des Avengers aka. War Machine, Le Faucon (qui n’apparaît sinon quasi pas) et Scarlet Witch. On a un peu l’impression de voir un avant-match du PSG en L1 lorsque Lucas Digne, Zoumana Camara et Jean-Christophe Bahebeck prennent la place des titulaires habituels après un match de Ligue des Champions.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *