Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
Boulimique de musique et cinéma, j'essaie de n'en régurgiter pour vous que le meilleur!

Dans les coulisses de l’émission Passengers avec Léonie Pernet

CultureAddict CultureAddict

Dans les coulisses de l’émission Passengers avec Léonie Pernet

Je savais dès la première écoute de Crave que j’avais à faire avec un excellent premier album de Léonie Pernet. Depuis, et après de nombreuses écoutes ces deux derniers mois, mon avis ne fait même que se bonifier sur au point de le considérer aujourd’hui parmi les albums que j’aurai le plus aimé (et écouté) en 2018.
Quel ne fut donc pas mon plaisir lorsque l’occasion m’a été donnée lundi d’assister au plus près à sa prestation en live diffusée sur Arte Concerts dans le cadre de leur concept et émission Passengers.

Pour remettre en contexte, il s’agit ici d’organiser des sessions musicales en direct avec un artiste ou un groupe au sein d’un des aéroports gravitant autour de Paris. Sur ce troisième épisode de l’année, succédant à ceux de Rhye et Mount Kimbie, le choix de l’originalité de l’endroit a été poussé loin puisque la prestation de Léonie Pernet, accompagnée par Hanaa Ouassim (que l’on peut entendre chanter dans « Crave » sur le superbe morceau « Auaati » ), a cette fois pris place dans l’un des étroits tubes vitrés servant d’escalators vers les portes d’embarquement du Terminal 1 de l’aéroport Paris – Charles de Gaulle. Un beau challenge technique donc en plus d’offrir un cadre au rendu assez unique à l’écran, avec ses centaines de reflets lumineux et possibilités de plans différents.

Arrivé durant la fin des répétitions, je prenais position au milieu d’une régie plutôt impressionnante. Du moins je ne m’attendais pas nécessairement à voir un tel staff s’affairer et un matériel de cette ampleur pour une retransmission en live streaming même si, quand on voit la qualité finale de la captation, c’est en fait une évidence. L’ambition artistique n’est ici pas seulement dans la prestation de l’artiste mais aussi dans la mise en scène proposée. Et pour le coup, le résultat est vraiment bluffant, au point de pouvoir se demander s’ils pourront aller encore pousser le concept et dénicher des lieux encore plus fous et improbables sur les prochaines éditions.

Pendant près d’une heure, Léonie a parcouru une bonne part des morceaux de son album mais aussi de « Two Of Us« , EP sorti il y a plus de quatre ans désormais. Des versions fidèles à celles enregistrées en studio, tant en terme d’arrangements que vocalement. Chose pas si simple sur certains morceaux comme « African Melancholia » où le temps de quelques lignes de texte elle prend une voix particulièrement gutturale.
Léonie Pernet parvient en tout cas sans mal à retranscrire en live l’atmosphère successivement mélancolique, enivrante voire parfois inquiétante de ses compositions et textes. J’étais un peu déçu de ne pas avoir eu le temps d’assister à son show au MaMa Festival il y a quelques semaines, mais au final content avec le recul que cette « première fois » ait eu lieu dans un tel contexte.
Et forcément en revoyant après coup le live dans sa totalité une fois rentré, la magie visuelle est d’autant plus forte de mon point de vue.

A la fois une belle soirée pour moi donc, mais aussi et surtout sûrement le meilleur épisode à ce jour de « Passengers » , que je ne saurais trop vous conseiller de regarder en replay au plus vite sur le lien qui suit. Non seulement pour ce qu’est l’émission, mais aussi plus simplement pour (re)découvrir l’album « Crave » qui mérite largement ce beau tableau (et mériterait aussi d’être bien plus streamé qu’il ne l’est aujourd’hui).

https://www.arte.tv/fr/videos/081858-003-A/passengers-leonie-pernet/

Bravo à Léonie Pernet, que je courrai revoir en concert le 25 janvier prochain à la Gaité Lyrique de Paris, à Arte Concert et Paris Aéroport qui sont à l’origine du concept de l’émission. J’attends à présent de voir dans quels nouveaux recoins audacieux prendront place les futurs épisodes.

Crédit pour la photo de cover de l’article : Pierre Lapin.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *