Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
Webzine, blog,… Définissez CultureAddict comme vous le voulez. L'important tient plutôt dans son contenu visant à mettre en avant les artistes émergents en qui l'on croit, mais aussi plus généralement ceux qui n'ont pas la visibilité qu'ils mériteraient à notre sens d'avoir ailleurs.

Hors des Radars Vol. 1 : Coup deBam & Slicker

CultureAddict CultureAddict

Hors des Radars Vol. 1 : Coup deBam & Slicker

A l’heure où le gros de l’industrie musicale jouit de sa petite pause annuelle, il est agréable de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur et de remettre en avant certains morceaux aimés et à mon goût trop peu visibles voire un peu oubliés.
Si l’offre des grandes plateformes que sont Spotify, Deezer, Apple Music et consorts ne cesse de s’enrichir et de phagocyter logiquement l’attention des auditeurs, il reste encore bien des manques à leurs catalogues respectifs, la plupart du temps on peut le supposer pour des questions de droits d’édition ou juste parce que les groupes en question n’existent plus.

Je vais donc m’atteler au cours de l’année à passer régulièrement en revue certains de ces titres ou artistes qui ont toujours figuré dans mes écoutes régulières mais n’apparaîtront peut-être jamais pour autant dans des « Spotify Wrapped » de fin d’année.

Coup deBam – Coup deBam (2005)

On est au début de l’année 2005 lorsque sort le premier, et à ma connaissance unique, album du groupe autrichien Coup deBam sur le label Couch Records. De souvenir, j’étais tombé dessus au hasard de mes longues pérégrinations de l’époque sur MySpace, site qui a depuis perdu toute sa base de donnée en plus de son trafic.
Quatorze années plus tard, il ne se passe toujours pas un mois sans que je réécoute l’album, seulement trouvable, hors support physique, en intégralité aujourd’hui dans la base de la donnée de la Pomme je pense, ce qui lui laisse donc assez peu de chance d’exister.

Fasciné par le mélange alors très neuf proposé de Pop, Jazz et de sonorités musicales venues de Turquie (les membres du groupe en étant originaires), j’avais à l’époque réussi à contacter et à plusieurs reprises discuter avec Barbara Bandi, chanteuse invitée sur plusieurs morceaux de l’album et notamment « Find Me » un de mes favoris, dans le but de savoir s’ils comptaient venir faire un concert en France. Ce qui n’est au final je pense jamais arrivé.
J’avais par ailleurs continué à l’époque de suivre la carrière de la chanteuse qui fut par la suite partie prenante du duo Felix Bandit dont j’avais également apprécié le single « Sorry » dans un autre genre.

Plus aucune nouvelle du groupe ou de ses membres ensuite malheureusement. Mais peut-être que cet article saura faire resurgir une éventuelle suite sous d’autres noms.

Coup deBam – Find Me (feat. Madita)

Coup deBam – Too Soon (feat. Barbara Bandi)

Et en bonus le morceau de Felix Bandit également évoqué :

Slicker – We All Have A Plan (2004)

Si l’ensemble de l’album « We All Have A Plan » vaut le détour, je m’attarde cette fois plus sur l’un de ses morceaux qui m’a toujours entêté : « Knock Me Down Girl » . Avec ses voix synthétiques qui sont depuis devenues une certaine norme dans le Hip Hop et son mélange instrumental organique et électronique, je le trouve toujours aussi moderne et ne m’en lasse absolument pas.

Derrière le pseudonyme Slicker se cache John Hughes III, fils du célèbre réalisateur du même nom (The Breakfast Club) et tenant du label Hefty Records. Il a par la suite sorti d’autres projets, en son propre nom cette fois et disponibles plus aisément mais « We All Have A Plan » ne semble plus être écoutable que du côté d’Itunes et à la vente physique en très petite quantité.

Pour la petite anecdote, c’est en écrivant cet article que j’apprends que le morceau a été utilisé sur la playlist du jeu vidéo ESPN NFL 2k5, ce qui a pu potentiellement lui donner un petit retentissement aux USA en son temps et explique peut-être indirectement comment je suis tombé dessus.

Slicker – Knock Me Down Girl

En bonus un second morceau de l’album, orienté plus concrètement rap mais tout aussi intéressant à réécouter une quinzaine d’années après :

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *