Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
Boulimique de musique et cinéma, j'essaie de n'en régurgiter pour vous que le meilleur!

Interview : la Frénésie de Alice & Moi

CultureAddict CultureAddict

Interview : la Frénésie de Alice & Moi

A l’occasion de la récente parution de son nouvel EP « Frénésie » et à quelques jours de faire résonner son Electro-Pop diablement efficace et faussement innocente dans la salle parisienne de La Maroquinerie, Alice & Moi a accepté de revenir sur son actualité et de répondre à quelques questions autour du succès de son premier opus, de sa façon d’appréhender et écrire ses morceaux et plus généralement sur son parcours. Toujours dans une sorte dualité ou schizophrénie, que ce soit dans ses textes ou via son timbre aussi nonchalant qu’empreint d’une certaine sensualité, elle fait clairement partie à mon sens des meilleurs représentants d’une nouvelle Pop française qui a su intégrer et digérer des influences diverses et transgénérationnelles pour ramener un peu de fraîcheur au genre.

– Avant d’entrer un peu plus dans le détail de ta musique et de ton nouvel EP « Frénésie« , je voulais revenir un peu sur le chemin qui t’a amené dans la musique. Tu étais il n’y a pas si longtemps encore sur les bancs de Science Po pour tes études et donc à priori assez loin de ce que tu fais aujourd’hui. Comment s’est déroulée la transition vers ce qui allait devenir le projet Alice & Moi ?

En fait j’ai toujours aimé la musique mais je ne me sentais pas capable de me lancer, donc j’ai continué mes études qui après tout me plaisaient. Quand je suis arrivée au bout du parcours scolaire et que j’ai été confrontée au vide post études, j’ai réalisé qu’en réalité la seule chose que je voulais faire c’était de la musique, que je ne serai pas heureuse dans ma vie si je faisais autre chose, alors j’ai décidé de me lancer dans la sortie d’un EP.

– « Filme Moi » est récemment devenu le premier de tes morceaux à dépasser le million de streams sur Spotify ? Comment as-tu vécu ce moment finalement arrivé vite dans ta carrière ?

J’avoue que je ne m’y attendais pas du tout et j’ai été extrêmement heureuse ! Et surtout, ça m’a apaisée. Je crois que je suis tellement tout le temps en train de regarder devant que parfois j’oublie où j’en suis. J’ai déjà fait un petit bout de chemin dont je suis fière, même si c’est vraiment le début.

– Est-ce que le joli succès de ton premier EP a impacté la façon que tu as eu d’aborder ce nouveau projet ? Plus généralement sur la genèse de ces cinq nouveaux morceaux, quelles étaient tes ambitions et envies ?

Alors en fait j’ai commencé à travailler sur mon nouvel EP quand mon premier venait de sortir donc je ne savais pas encore quels retours j’aurais. En tout cas ce qui est sûr c’est que par rapport au premier EP j’étais encore moins « timide », plus prête à faire exactement de dont j’avais envie sans trop réfléchir. J’ai essayé des styles un peu différents, et une écriture encore plus « rentre dedans ». 🙂

– Es-tu restée entourée de la même équipe entre les deux EP ou bien s’est-elle élargie au fil des rencontres, que l’on peut imaginer assez nombreuses depuis la sortie de « Filme Moi » en 2017 ?

Il y a une base qui est toujours là, et des nouvelles personnes qui s’ajoutent. Sur mon EP Frénésie j’ai bossé avec un nouveau réalisateur, Angelo Foley, qui a apporté une touche particulière sur les sons qui me plait beaucoup.

J’ai aussi un distributeur numérique maintenant, Believe qui m’aide à faire vivre mes chansons sur les plateformes de streaming. Sinon je travaille toujours avec Ivan Sjoberg dans l’étape créative, avec Romain Renou mon manager pour tout le reste, Sandra Nicolas qui s’occupe de la presse pour moi depuis le début est toujours là, mais maintenant il y a aussi l’équipe de FIP et Julien Saunier pour la promo. Perceval Carré qui avait mixé mon premier EP a aussi mixé mon second EP. 🙂 C’est toujours moi qui produit et qui chaperonne tout mais je suis contente de voir mon équipe s’agrandir. 🙂

– Les paroles de tes morceaux donnent souvent l’impression d’une plongée dans tes pensées ou tes rêves. « Éoliennes » sur le précédent opus en était déjà un parfait exemple. Cette fois, tu nous offres le fantasmagorique « J’Veux Sortir Avec Un Rappeur« , mais aussi « T’es Fait Pour Me Plaire » et « C’est De La Frénésie » qui sonnent pour moi comme une sorte de diptyque sur les sentiments contradictoires qui peuvent nous tirailler au début d’une relation.
Est-ce pour toi une démarche d’écriture consciente et voulue ou quelque chose qui se fait juste naturellement ?

Cela s’est fait complètement naturellement car quand j’écris je raconte juste ce qui me passe par la tête, mais c’est en effet tout à fait ça. J’aime bien les sentiments contradictoires car nous les humains nous sommes bien compliqués… Et c’est ça qui nous rend aussi intéressants non ?

– L’œil dessiné dans la paume de ta main est omniprésent dans l’imagerie que tu véhicules, jusque sur scène, la pochette de « Frénésie » et même dans le nom de ton propre label « L’Oeil dans la Paume » ? D’où vient cet oeil énigmatique et que représente-t-il ?

Je l’ai dessiné sur ma main quand j’étais adolescente et il ne m’a jamais quitté depuis (haha). Je me souviens quand je me filmais dans ma chambre, je le dessinais sur la paume de ma main et je me regardais et j’avais l’impression de me sentir plus forte, d’accepter tout ce qu’il y avait d’étrange en moi. Et j’ai eu l’idée de le garder et de le partager avec le public, pour que tous ensemble on puisse voir les choses de manière un peu plus folle. 🙂

– Dans « J’Veux Sortir Avec Un Rappeur« , tu en cites quelques uns dont on peut supposer que tu apprécies le travail. Sans forcément s’arrêter au rap, quels sont les artistes, albums et/ou morceaux que tu écoutes le plus en ce moment ?

J’écoute un peu de tout. En ce moment j’aime beaucoup Frank Ocean, Sein, Kali Uchis, Odezenne, Rosalia, Dani Terreur, Loud, Childish Gambino mais aussi des trucs plus vieux comme Lauryn Hill, Queen, Missy Eliott, Niagara… C’est ça qui est si cool dans la musique aujourd’hui, il y a tellement tellement de bons sons partout, dans tous les styles et pour tous les goûts 🙂

– C’est le moment de la question rituelle après 2 EP : est-ce que la suite passe par un premier album ou rien n’est encore décidé à ce sujet ? Une tournée peut-être ? (Il y a déjà quelques dates prévues dont le 11 Mars à La Maroquinerie)

Disons que rien n’est décidé mais j’ai clairement plein d’autres chansons en stock et j’aimerais bien les sortir assez rapidement aussi haha 🙂 Et sinon oui il y a La Maroquinerie et ensuite je vais voyager, et ça ça fait plaisir. Je pars notamment à Montréal pour chanter au Club Soda le 23 mars, et je vais jouer sur un festival à Bruxelles : le Brussels Summer Festival !

– Merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à ces questions, et bravo pour ton EP qui est aussi cool que l’était le premier. 🙂
Un dernier mot ou message à faire passer ?

Merciiii ! Je n’avais pas imaginé à quel point faire un deuxième EP pouvait être stressant car on ne veut pas décevoir les gens qui ont apprécié le premier, alors que pour le premier les attentes sont plus basses. Du coup je suis très contente que tu me dises que cet EP te plaît aussi ! 🙂

Merci encore Alice & Moi pour ces sympathiques réponses et je serai évidemment dans les premiers rangs de La Maroquinerie le 11 Mars prochain ! Et bien sûr toujours à l’affût des prochaines sorties.

© Crédits photos : Randolph Lungela

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *