Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
Boulimique de musique et cinéma, j'essaie de n'en régurgiter pour vous que le meilleur!

Les Sélections CultureAddict 2019, Volume 7

CultureAddict CultureAddict

Les Sélections CultureAddict 2019, Volume 7

Cela fait bien deux semaines que je n’avais plus trouvé le temps d’écrire autour de quelques nouveaux morceaux, et à l’heure où CultureAddict s’apprête à passer la seconde en étant présent sur le Festival Chorus mais aussi au Printemps de Bourges, place donc avant cela à une sélection un peu plus élargie que les dernières sur le dernier mois de musique.
Et non, « Au DD » de PNL n’y figure pas même si je fais partie de ceux qui apprécient le nouveau son et clip, alors que je ne suis pas forcément un grand fan au départ. C’est juste que tout le monde (voire trop de monde quand je vois le nombre de personnes qui en parle sans écouter) a déjà son avis sur la question, et je n’ai donc pas forcément de valeur ajoutée à en remettre une couche ici.

Leeroy & Féfé – Bla Bla Bla

Evidemment pour un grand fan comme moi du Saïan Supa Crew (et j’en profite pour remettre en lien cette longue rétrospective du collectif Saïan publiée par mes soins en fin d’année dernière) il était impensable de passer à côté de la sortie du premier extrait de la collaboration à venir entre Féfé et Leeroy, album largement teasé ces derniers mois par les deux hommes sur les réseaux sociaux.
Si l’un comme l’autre ont largement vu leur style évoluer et se singulariser au cours des années et que l’on retrouve d’ailleurs dans « Bla Bla Bla » un peu de tout ça, ce premier morceau devrait aussi plaire aux auditeurs de la première heure. On y reconnait d’emblée la fougue, la fraîcheur, le flow, les lyrics bien écrits mais aussi plein d’humour et des sonorités proches de l’ère Saïan. Rien que ça, cela rend cette petite nouveauté indispensable pour profiter des premiers beaux jours.

Et quand on sait que Sly Johnson sort lui aussi son projet dans les jours à venir, on peut commencer à se dire que les 20 ans de « KLR » s’annoncent sous les plus beaux auspices !

Aārp – Gemma I

Le label InFiné a une actualité riche ces dernières semaines via la sortie le 5 Avril d’un album du réunionnais Labelle, que je peux déjà dire très bon et dont je reparlerai très vite, mais aussi du suivi de l’album de Deena Abelwahed, le recent EP de Frieder Nagel qui figurait dans la première sélection 2019 et donc celui de Aārp paru il y a 15 jours déjà.

« Novae Gemmae« , nom de l’EP englobant 5 jolies gemmes, se traduit du latin par « Nouveaux Bourgeons » et on peut difficilement faire plus approprié en ce premier weekend vraiment printanier de l’année.
Mêlant joliment des sons organiques voire presque symphoniques à l’électronique, il mérite bien plus de visibilité que les médias ne lui en donne aujourd’hui. Si vous appréciez ce morceau d’ouverture, écoutez vite le reste.

Gracy Hopkins – Smoking Kills

Un des rappeurs hexagonaux les plus intéressants et originaux à suivre avec sa voix et son phrasé en anglais assez inimitable mais aussi des projets et morceaux, toujours variés en terme de style et qui n’hésitent souvent pas à être presque expérimentaux. Certes « Smoking Kills » n’est pas le plus décalé de ses sons, faisant ici parfois penser aux premières belles heures de Jazz Cartier (un petit air « Dead Or Alive » dans mes oreilles), Gracy Hopkins est malgré tout toujours en avance sur son époque ici et le prouve une fois encore, si tant est que ce soit encore nécessaire.

DIMANCHE – Cocktail Bleu

Nouveaux venus sur la scène Pop française, le duo DIMANCHE, dont le nom est né de la rencontre de ce couple formé par Noémie et Ulysse, n’est pourtant déjà plus inconnu puisque repéré notamment par les Inouïs du Printemps de Bourges mais aussi par la Sony Music Talent Factory.
« Cocktail Bleu » est leur second single à paraître sur les grosses plateformes. Autant influencé par la chanson française que par le Cloud Rap, il en résulte un résultat plutôt original et neuf à suivre.
CultureAddict aura sans aucun doute l’occasion d’en reparler très prochainement plus en détail.

YelaWolf – Like I Love You

Après deux albums fortement teintés Country, Yela revient à ses amours plus Rap avec le troisième volet de Trunk Muzik et l’album est certes sans grande surprise mais tout de même vraiment réussi, rendant à la fois hommage au premier volet qui l’a rendu célèbre un peu partout dans le monde tout en lui ouvrant des portes pour le futur.
Et de nouvelles perspectives, le natif d’Alabama ne devrait pas en manquer, lui qui quitte l’écurie Shady Records après cet opus avec un bilan relativement mitigé. Pas tant artistiquement qu’en terme de visibilité. Bien que « Radioactive » n’avait pas été une réussite, il aura tout même signé l’excellent album « Love Story«  notamment. Mais Eminem et les autres tenants du label n’auront jamais su pleinement profiter d’un profil pourtant unique dans le Rap game, capable à la fois d’attirer un vrai public Hip Hop et de le mêler à celui d’un Rock à l’ancienne. Dommage… Mais cette séparation annonce peut-être donc finalement le meilleur.

Pour cette sélection, je ne choisis pas un single forcément évidemment ni un titre dans lequel YelaWolf expose son flow sans faille. Au contraire, je choisis un des titres les plus chantés avec « Like I Love You« , qui m’a particulièrement piqué dès la première écoute.

Malik Djoudi – Essentiel

Je parle régulièrement de Malik Djoudi ici et de sa musique qui empreinte forcément (et comme beaucoup de monde la nouvelle génération) à Etienne Daho mais qui a su trouver sa propre voie et son propre style au point que je pourrais presque reconnaître une nouveauté du chanteur avant même que sa voix ne laisse filer les premières notes.
« Essentiel » est un petit sommet d’Electro Pop mélancolique et fantomatique mais toujours envoûtante.

Jacques & Superpoze – Endless Cultural Turnover

Restons en apesanteur avec les expérimentations du toujours surprenant Jacques accompagné pour trois pistes par Superpoze, ce dernier qui avait signé pour moi un des meilleurs albums de l’année 2017 et a depuis aussi largement contribué à la musique avec succès en tant que producteur, notamment pour Lomepal.
« Endless Cultural Turnover« , composé à quatre mains, est suivi dans l’EP éponyme par deux morceaux en solo de ces deux artistes majeurs de l’électro française contemporaine et très certainement future.

Mara – Cata

Mara, je l’ai découverte il y a quelques semaines lors du premier Digest Finest organisé par Dylerz. Si ce soir là j’étais surtout présent pour voir Nina Woosh sur scène et que j’ai également déjà évoqué la découverte très sympa de Sara dans un autre article, je n’avais pas encore eu l’occasion de coucher quelques mots autour de Mara, qui avait pourtant su enflammer la piste de danse en clôture du show avec sa « foulamerde » music aux paroles simples, souvent axées sexe, mais non dénuées d’humour, le tout sur des rythmes caribéens qui ne réchauffent pas que les cœurs.

Et si aujourd’hui, Mara écume déjà pas mal de dancefloors, était cette semaine aux platines pour backer l’excellente Yseult et officie régulièrement sur Mouv’ en tant que DJ, elle a tout pour conquérir un public plus large cet été ou un des suivants. Surtout qu’elle sait sortir à chaque morceau un petit gimmick qu’on a envie de chanter en boucle. Preuve encore avec l’intro de « Cata » et le déjà fameux « C’est qui qui a appelé son ex hier soir ?! » succédant au « Magali ? Magali qu’est-ce que tu fais ? » qui marquait les auditeurs du bien nommé morceau « Poing Cul« . Fun et dansant à la fois, la musique de Mara est à suivre !

Dombrance – Taubira

On revient à la musique électronique avec le projet un peu fou du producteur parisien Dombrance. Remixeur reconnu mais aussi membre de divers projets plus ou moins éphémères comme le duo DBFC, il s’est il y a quelques mois mis en tête de produire un album autour de la classe politique française. Le projet avait été initié par la sortie en fin d’année dernière du sympathique « Raffarin » (déguisé sur la pochette en Salt Bae) et a continué ces derniers jours avec « Taubira« . D’autres suivront vite (Hulot, Chirac,…) mais force est de constater que c’est loin d’être une simple blague au vue de la qualité des titres. Curieux de découvrir le reste de ce futur ovni.

Worakls – Caprice

Worakls, de son vrai nom Kevin Rodrigues, fait partie de la scène électro française depuis plus de 10 ans déjà mais « Orchestra« , sorti en février dernier, n’est pourtant que son premier album complet en solo. Travaillé depuis plus de deux ans, et actuellement présenté en tournée avec un véritable orchestre d’une vingtaine de personnes, l’album est autant une oeuvre synthétique qu’organique donc, mais aussi construit comme une véritable bande originale de film. Et nul doute d’ailleurs qu’après cet album, son talent sera réclamé en la matière.
J’ai choisi ici le puissant morceau « Caprice« , qui m’évoque d’ailleurs plein d’OST depuis sa première écoute, du travail émotionnel d’un Max Richter (The Leftovers) à la grandiloquence de certaines B.O. de Science-Fiction. Et je pense ici entre autres au « You Have The Power » final de Dark City par exemple, composé par Trevor Jones.
J’ai loupé son récent live parisien à l’Olympia. Mais j’espère d’ores et déjà qu’il reviendra clore sa tournée à Paris. Si possible dans une salle idoine pour ce genre de musique.

Dim Lewko – Cowboy Bebop

Membre du label Clear Water Records au même titre qu’un rappeur français que l’on suit énormément chez CultureAddict, à savoir Mikano (que l’on verra d’ailleurs la semaine qui arrive au Festival Chorus), Dim Lewko a sorti récemment son premier projet « Inside The Blue Moon« . Plutôt prometteur, ces 8 pistes sont une des bonnes curiosités du mois de Mars. On y décèle tout un potentiel, certes pas encore complètement exploité, mais qui devrait s’affirmer d’opus en opus.
Je mets ici en avant « Cowboy Bebop« , piste que j’écoute le plus régulièrement ces derniers jours, mais je vous invite clairement à écouter ça de façon plus complète si ce premier extrait vous attire.

Roseaux – I Am Going Home (feat. Ben l’Oncle Soul)

Roseaux est la réunion de trois artistes : Emile Omar, ancien programmateur chez Nova, le violoncelliste Clément Petit et Alex Finkin. Mêlant Soul, Jazz, Blues et Pop, le trio avait déjà sorti un bel album en 2012 sur lequel ils étaient accompagnés tout du long par Aloe Blacc (que l’on devrait d’ailleurs retrouver bientôt aux côtés de Féfé et Leeroy, cf. le premier morceau de la sélection).
De retour sept années plus tard, la voix a changé mais reste profondément Soul via la présence de Ben l’Oncle Soul, artiste que j’avais, je dois le concéder, totalement oublié ces dernières années, ce visiblement à tort quand j’écoute la réussite de sa prestation ici.

« I Am Going Home » est en tout cas une chanson d’une beauté et une force assez effarante, en plus d’être sublimé par son clip de très grande qualité, d’ailleurs mis en avant ces jours-ci en prélude des séances ciné chez MK2.

Bonus track : Alice & Moi – All About You

Je ne vais en refaire 10 couches parce que j’ai déjà beaucoup parlé d’elle et ai même interviewé Alice & Moi, mais la sortie récente d’un nouveau clip de la chanteuse me donne une occasion de revenir rapidement sur son concert à La Maroquinerie plus tôt ce mois-ci. Un live à son image, plein de fraîcheur et d’enthousiasme, au service d’une musique un peu schizophrénique reflétant toute la complexité des sentiments humains. Et comme c’est quelque chose que l’on a tous plus ou moins subi à un moment de notre vie, cela ne peut que parler au plus grand nombre.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *