Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.

[Live Report] J. Cole @ L’Olympia (10 mai 2015)

CultureAddict CultureAddict

[Live Report] J. Cole @ L’Olympia (10 mai 2015)

Dimanche dernier, je partais assez craintif à l’Olympia à la vue du prix du billet (50 balles pour un concert de Hip Hop, c’est toujours très aléatoire…). Je n’avais pas vraiment de retours concernant le niveau de J. Cole sur scène, ni sur celui de Jhene Aiko, présente en tête d’affiche des premières parties. Si dans un cas je fus plutôt satisfait, l’autre fut à la limite de la catastrophe.

La « première première partie » a commencé quasiment sur les coups de 19h et a vu les membres de Dreamville (Bas, Cozz et Omen) se succéder sur scène pour des prestations très courtes (pas plus de 3 sons chacun) mais plutôt efficaces et qui donnaient envie d’en découvrir un peu plus, principalement pour Bas. La soirée démarrait donc plutôt bien.

Puis, après quelques minutes d’entracte, est arrivée la ravissante Jhene Aiko. Et là, ce fut le drame. Réverb’ réglée à fond pour masquer les fausses notes, bande mp3 en fond pour soutenir la chanteuse et globalement son assez dégueulasse, ce fut un petit calvaire pendant 20-25 minutes. Sans compter que la chanteuse reine des featurings ces derniers mois a bien mis 30 secondes avant de se rendre compte qu’elle avait oublié d’allumer son micro. Bref, une bonne petite catastrophe devant une foule largement refroidie. Le pire, c’est qu’on ne pouvait même pas profiter de ses charmes, étant un peu trop loin dans la fosse. Heureusement que j’avais ma pinte pour me consoler.

A partir de là, ça sentait forcément le roussis pour le maître de soirée. Vingt nouvelles minutes d’entracte plus tard, le voici enfin sur scène affublé d’un pantalon que ne renieraient pas les paysans turcs des montagnes. Rapidement, il réchauffe la fosse, donne de sa personne, fait 2-3 speechs sur son arrivée à NY, sur sa méconnaissance réelle de St-Tropez (un des titres du dernier album) et sur les réseaux sociaux, le tout en parvenant à toujours se faire comprendre et rester drôle. Pas toujours simple avec le public parisien qui a tendance à balbutier son anglais. Une bonne surprise donc ! Restait l’inconnue de la durée ? Rappel compris, J. Cole aura tenu environs 1h15 sur scène, plutôt une bonne moyenne donc dans le genre. Il a d’ailleurs un temps taclé les rappeurs qui ne viennent pas au moins jouer l’ensemble de leur dernière parution. Lui l’aura fait, plus quelques extraits plus anciens. Et No Role Modelz et sa prod entêtante m’aura bien fait vibrer en live !

Sans figurer au panthéon des concerts de l’année 2015 je pense, surtout que le tarif reste cher comparé à bien des concerts Hip Hop sur Paris, J. Cole aura suffisamment donné pour me satisfaire. Même si je n’oublie pas le raté qui l’a précédé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *