Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
L'autre actualité musicale et cinématographique

[Live Review] Young Thug @ Le Bataclan le 10/11/2015 : une soirée malheureusement pas comme les autres…

[Live Review] Young Thug @ Le Bataclan le 10/11/2015 : une soirée malheureusement pas comme les autres…

Il y aura dans mon esprit toujours un avant et un après concernant concernant ce concert pourtant sans grand intérêt. Je devais au départ écrire cette petite chronique mercredi dernier, lendemain du concert (ou plutôt d’un éprouvant triptyque de concert) mais le temps m’a finalement manqué les soirées suivantes. Puis l’actualité est venu tout chambouler… Me voici donc à écrire ces lignes avec près d’une semaine de retard et surtout après les événements dramatiques survenus, entre autres au Bataclan, qui ont forcément altéré ma vision des choses.

Dès le départ j’y allais sans réelle conviction, attisé par la curiosité du rappeur peut-être le plus hype du moment mais sans attente vis à vis de la prestation qu’il ferait. La veille et l’avant-veille, j’avais vu, ou plutôt revu, respectivement YelaWolf mettre le feu au YOYO et Cunnynlinguists faire vibrer le Trabendo. Deux styles foncièrement différents mais l’assurance à chaque fois d’une grosse et belle soirée. Il était plutôt improbable que Young Thug en fasse autant, ne serait-ce que parce que son style se prête je pense peu à l’exercice de la scène, et le miracle n’a effectivement pas eu lieu.

Bien aidé par quelques doses de whisky, le spectacle fut tout de même plutôt amusant et défoulant. Nous avons bien déliré sur quelques uns de ses meilleurs sons récents dont Check, mais il en aurait été de même lors de n’importe quelle soirée animée par un DJ. Peu importait la présence du rappeur d’Atlanta finalement. Tout comme lui n’en avait pas grand chose à faire de nous. Oui, il récupérait de temps en temps un drapeau ou un objet brandi par le public, mais c’était plus machinal qu’autre chose, comme ce maillot du PSG porté par principe, le tout sans réelle communication et encore moins communion avec les 1500 personnes qu’il avait face à lui.
Public que l’on pourrait qualifier de « chaud » et plutôt réceptif globalement, sauvant même peut-être l’ensemble, mais qui paradoxalement a aussi entaché le concert de ses bastons, mouvements de foule qui en découlent et parait-il même de la présence d’un taser, même si je ne l’ai personnellement pas vu d’où j’étais.
Je ne m’attarderai pas sur la première partie de Jessie K, sortie de The Voice et balancée sur une scène où elle n’avait pas sa place, en tout cas pas ce soir-là. Pas tellement de sa faute à elle, il s’agit juste là une connerie sans nom de la part de l’organisation qui l’a placée face à un public dont on savait à l’avance qu’il lui serait totalement hostile tant son style n’a rien à voir avec ce qui était attendu.

Evidemment toutes ces petites altercations du soir ne sont qu’une broutille quand on connait la suite. Maintenant… « Show must go on » comme ils disent. Nécessairement l’appréhension sera présente la prochaine fois que je pénétrerai dans cette fosse pourtant foulée tant de fois. Mais j’y retournerai c’est une évidence, et je compte bien y découvrir des lives bien meilleurs que celui-ci.

Autres articles qui pourraient vous intéresser