Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
L'autre actualité musicale et cinématographique

[A Suivre] Iris : rappeur tout sauf tape-à-l’œil

[A Suivre] Iris : rappeur tout sauf tape-à-l’œil

Nous sommes en 2003 lorsque je découvre pour la première fois un titre d’Iris. Et je ne suis probablement pas le seul dans ce cas puisque le son Ciel Ether est probablement celui qui a le plus marqué la majorité de ses fans. Produit par Para One et ditribué au sein d’un EP vraisemblablement introuvable dans le commerce aujourd’hui dans lequel on pouvait également retrouver Lyricson, Flynt et Sept. Fort heureusement, Iris a eu la bonne idée il y a quelques semaines de rendre ces quelques titres disponibles sur Youtube. Et c’est d’ailleurs en le réécoutant que l’envie de pondre cette petite chronique m’est venue.
Un an plus tard, il marque à nouveau mon esprit au sein de l’album de beatmaker Bug Into The Clones avec le titre Ethic Addict entre définitivement dans le cercle des artistes dont j’attends le plus.

Iris s’est toujours fait rare, bien trop rare. J’aurais voulu qu’il accompagne mes ballades musicales plus régulièrement de nouveaux titres, mais j’appris à m’en contenter. Il a donc fallu près de 3 ans pour que j’entende à nouveau parler de lui, même s’il n’est pas impossible que j’aie raté quelques sorties à une époque où il n’était pas aussi évident qu’aujourd’hui d’avoir accès à des titres indépendants. Et ce fut à l’occasion de ce qui figure probablement parmi mes albums de rap français préféré : Soul’Sodium. Et l’un des cinq titres sur lesquel apparaît Iris est peut-être même tout simplement celui que je préfère tout court : La Tangente en duo avec Soklak. Sur une production idéale de Cyclo, basée sur quelques notes de guitare dont Olivier Mellano (Psykick Lyrikah) a le secret, ce titre m’a toujours ensorcelé, inspiré même à l’époque des idées de scénarios que je n’ai finalement jamais eu le courage de mettre sur papier. Dix ans après sa sortie, il n’y a quasiment pas une semaine où je ne l’écoute pas au moins une fois.

Alors que j’attends encore et toujours un véritable projet solo, il faudra, durant les années qui suivent, se borner à quelques collaborations ponctuelles, le plus souvent avec Arm, que ce soit en featuring sur des albums de Psykick Lyrikah ou sur La Route de Rob de Robert Le Magnifique. Quoi de plus logique donc de voir les deux hommes annoncer en 2010 la sortie d’un album commun. Produit et enregistré avec leurs compères habituels (Le Parasite, Robert Le Magnifique, Olivier Mellano, Pan@Point,…), il s’appellera Les Courants Forts et sera tout simplement un des meilleurs CD sortis cette année-là pour moi. Je posterai ici les deux singles de l’époque qui, je l’espère, inciteront ceux qui liront ces lignes à écouter le reste.

Depuis cette énième réussite… Plus rien ou presque à se mettre sous la dent. Un inédit Marécages sorti quelques mois après Les Courants Forts, un Dr. Verdict & Mr. Vertigo téléchargeable gratuitement faisant écho à l’un des titres de Soul’Sodium, et c’est à peu près tout. On subodore que quelque chose de plus important se prépare, mais c’est finalement lors de la rentrée 2015 qu’on en apprend plus sur le futur artistique d’Iris et il s’appellera Vertigo Milk. Plus qu’un label puisqu’il y est question également de productions visuelles, d’une marque de vêtements, etc… Toujours est-il que c’est l’occasion d’entendre de retrouver le flow posé du rappeur et c’est déjà beaucoup. Un Maxi intitulé Magnitude 10 est prévu pour le 22 avril, en vinyl et support digital. Si sa tracklist est connue (deux titres déclinés en plusieurs versions ou idées), il faudra pour le moment se contenter du premier extrait paru cette semaine.

Le sans-faute continue. Iris ne sera jamais le plus prolifique des rappeurs hexagonaux, mais il ne donne que du bon depuis près de 15 ans. S’il faut ça pour être certain de le voir toujours se réinventer, explorer de nouvelles directions, alors ça me va !

Autres articles qui pourraient vous intéresser