Tape un ou plusieurs mots-clés et appuie sur Entrée pour valider. Fais Échap pour annuler.
L'autre actualité musicale et cinématographique

[Chronique Mixtape] Jazz Cartier – Hotel Paranoia

[Chronique Mixtape] Jazz Cartier – Hotel Paranoia

Héritier d’un peu tout ce qui fait la hype Hip Hop de ces dernières années, à savoir Drake, Future, Young Thug, PartyNextDoor, Travis Scott et j’en passe… Le canadien Jazz Cartier n’en a pas moins construit un univers qui lui est propre en l’espace de deux mixtapes. Accompagné de Michael Lantz à la production, à mon sens parmi les plus prometteurs de son métier, Marauding In Paradise nous faisait entrer il y a un an environs dans leur « cinematic trap » qui ressemble à la fois à tout et rien d’autre. A la clé, quelques « bangers » de l’année 2015 comme New Religion, Dead Or Alive ou Switch.

Me voici aujourd’hui face à Hotel Paranoia, suite logique qui reprend la majeure partie des ingrédients ayant mené le premier album à un joli succès d’estime (quand même cité pour l’équivalent des Grammies canadien) mais prépare aussi la suite (en major ?) en s’élargissant le champ des possibilités. Cartier s’y montre en pleine forme, n’abusant pas (toujours) de l’autotune, varie son flow à plusieurs reprises, parfois au sein même d’un titre, balance quelques punchlines bien senties et les lyrics sont d’ailleurs dans une bonne moyenne pour le genre. Il se mue parfois presque en chanteur et semble dans tous les cas vraiment s’épanouir ici.
Il est, il faut le dire, plus que bien aidé par son ami de longue date Lantz et ses beats toujours accrocheurs, homogènes musicalement mais jamais monotones. Il y en a un peu pour tous les goûts : Red Alert enflammera les clubs, Opera est un single parfaitement tendance, Tell Me sera lui le compagnon d’une petite soirée à deux tandis que les excellents et plus originaux Illuminati Love Song (j’adore ce titre), Better When You Lie (j’aimerais savoir d’où vient le sample) ou encore Tales Psycho 93′ Freestyle participent à la singularité de l’édifice et tournent en boucle dans mon esprit.

Il n’y a pas beaucoup de jeunes en ce moment dans le milieu du Hip Hop auxquels je crois autant pour les années à venir, que je sens capables d’apporter quelque chose de neuf au genre : Chance The Rapper (qui n’a aujourd’hui plus grand chose d’un rookie et il suffit de voir sa mise en avant toute récente par Kanye West lui-même), HDBeenDope, Raury,… Et maintenant Jazz Cartier. Reste l’étape peut-être la plus difficile à gérer pour lui. De plus en plus relayé par les médias, on sait qu’il était récemment en studio avec Mike Will-Made-It et d’autres producteurs à la mode tapent sûrement déjà à sa porte. Parviendra-t-il à conserver l’essence de ce qui a fait son succès et son talent une fois ancré plus profondément dans le système ? Cela reste à voir. Mais au pire, il y aura toujours ses deux premières sorties à réécouter encore et encore.

Autres articles qui pourraient vous intéresser